Serge Fortin

INDIVIDUELLE

Serge est un grand passionné de RH. Pas surprenant qu’il ait fait un retour comme consultant, quelques années après sa retraite ! Il se passionne non seulement pour la relation humaine, mais aussi pour la musique, la lecture et les voyages.

De l’enfance à Caméléon RH : parlons de ton parcours

J’ai vécu mon enfance à Montréal, une ville que j’ai toujours aimée. J’ai été élevé dans une famille où la musique prenait beaucoup de place. Ma mère était une excellente pianiste, elle aurait pu facilement y faire carrière. Je lui dois mes goûts pour Chopin, Beethoven et tous les autres. Mes études se sont aussi passées à Montréal. Après mon passage au cégep, j’ai décidé d’aller à l’Université de Montréal en relations industrielles. Ma carrière, c’est trois entreprises au sein desquelles j’ai progressé, jusqu’à ma retraite en 2013.

Quel est ton rôle chez Caméléon RH ?

Je suis un conseiller en acquisition de talents. Dans le monde du travail actuel, j’aide les entreprises frappées par la pénurie de main-d’œuvre à combler leurs besoins, tout en accompagnant les candidats dans leur cheminement professionnel à trouver l’emploi auquel ils aspirent.

Qu’est-ce qui te passionne dans le recrutement ?

C’est d’établir la relation entre une personne qui cherche à vivre un changement professionnel et une entreprise qui essaye à tout prix de trouver la personne idéale. C’est comme au golf : chaque coup frappé nous rapproche du vert, mais le trou d’un coup est souvent un coup de chance !

Quelle est ta définition d’une bonne expérience candidat ?

Le candidat doit se sentir en confiance, il met sa carrière entre nos mains. Nous lui devons le respect et un bon accompagnement dans sa prise de décision, mais surtout être présent, répondre à ses interrogations, anticiper les problèmes par une bonne préparation.

Qu’est-ce qui te rend fier dans ton travail ?

Réussir à mettre en place les jalons d’une future relation d’affaires entre l’entreprise et le candidat. Mais je dois avouer que j’adore lorsque le candidat me dit, à la toute fin du processus, qu’il n’aurait pas pu y arriver sans moi.

Dans un monde où le recrutement n’existait pas, tu aurais fait quoi ?

Je serais anthropologue. J’aime l’humain et surtout ce qu’il a construit au cours des millénaires.

Quelle est ta devise dans la vie ?

La vie c’est comme le métro, quand les portes ouvrent, il faut entrer rapidement.